Le Fil d’Ariane / Vendredi 27 Juillet

Inspiré par l’Europe de l’est, Le Fil d’Ariane promène son ambiance festive et tout public dans un show à tout casser: des chants roumains, tarentelles italiennes, cavaldaques turques, ballades grecques. Les chanteurs s’enchainent, les instruments passent de mains en mains, le public se lève, la danse continue et rien ne les arrête. Et quand le temps d’un tempo nostalgique, le public verse sa larme et arrête de bouger son popotin, cest pour repartir de plus belle dans des envolées électro matinées de violon tsiganes.

 

https://www.fildarianecollectif.com/le-fil-d-ariane

La Nose / mardi 23 juillet

LA NOSE est une musique fraîche et noire, farfelue et épaisse, qui défonce les portes de nos petits pavillons à grands effets – papillons, tous objets confondus.

Ecouter la nose, c’est ouvrir la fenêtre à des éléphants roses là pour vous enduire d’huile, à de perchés soleils qui se prennent pour vos yeux, à des folles, des magiques, et un risque couleur barbapapa qui vous monte aux narines.

Deux voix de femmes s’unissent en une bouche à deux têtes qui prend sa pomme d’adamour pour un Noé des îles et emmène à son bord quelque violoneuse débraillée d’origine douteuse et aux archets finement crasseux, un dégingandé guitariste afrorock, et une tappeuse-batteuse tout terrain équipée pour l’astral.

Ils aiment invoquer les visions de fontaines seventies à dada sur de tendres bluesmen, sortir les girafes du frigo, et puis pleurer ensemble devant la déraison et la globale sécheresse.

Bandcamp : https://lanose.bandcamp.com/releases
———————
Pauline Willerval : composition, gadulka, voix
Lisa Langlois : voix
Aurélien Arnoux : guitare électrique
François Rossi : batterie
———————-

Parranda La Cruz / mardi 23 juillet

 

Au rythme du culo e’ puya, du mina et des quitiplás, la Parranda La Cruz vous emmène dans les traditions de Barlovento, berceau du vent qui envoit son souffle vers la mer. Sur cette route du cacao située au nord du Vénézuéla, les chants de fête, de transe et de louange se fusionent dans l’énergie frénetique des tambours et des voix. Rebecca Roger : Voix, percussions mineures & quitiplás Margaux Delatour : Voix, percussions mineures & quitiplás Luc Moindranzé : Percussions, choeurs & quitiplás David Doris : Percussions, choeurs & quitiplás

Ti’Kaniki / mardi 23 juillet

Ti’kaniki est un collectif lyonnais composé pour moitié de Réunionnais et moitié de Métropolitains aux origines diverses. Tous partagent une passion pour le maloya, la musique traditionnelle de la Réunion. Le maloya puise ses origines dans l’histoire complexe et souvent douloureuse de l’île – fruit de l’esclavage, il fut longtemps cantonné à des fêtes clandestines où les esclaves affirmaient leur désir d’indépendance.
Les autorités coloniales françaises iront même jusqu’à interdire le maloya à la fin des années 50, espérant enrayer les aspirations d’indépendance du peuple réunionnais. Il faut attendre les années 70 pour que le maloya se transforme en symbole d’expression nationale et qu’il soit déclaré patrimoine culturel de l’humanité en 2009.

 

 

 

 

Socrate / mercredi 24 juillet

Solo Clownesque / Création par la Compagnie Théâtre de Caniveau

Socrate est un clochard fier et tendre dont le nez rouge est à la fois celui du clown et de l’ivrogne. Entre un Charlot à la peau noire et un Diogène du monde libéral, il est cet anarchiste de la rue qui, pour se faire aimer ou pour réveiller les consciences, use à tout va de son humour et de son charme.

Chanteur d’opéra raté, magicien maladroit, slamer malgré lui, il détourne les objets d’une poubelle, déchets de notre société boulimique, pour en faire son royaume éphémère. Tour à tour Père Noël, Jean Moulin, guide de supermarché, ou révolutionnaire de la Jet Set politique, Socrate nous rappelle, le temps d’un spectacle, que la Liberté est belle lorsqu’elle est nue et ne possède rien. Et « ça lui suffi »

SOCRATE CIE THEATRE DE CANIVEAU VISUEL 1 - CREDIT PHOTO Thomas Rouet.jpeg

Ko Shin Moon / Jeudi 25 juillet

Analog synthesizers, drum Machines & Oriental lutes.

 

Mêlant compositions instrumentales et digitales, sonorités électroniques contemporaines, musiques traditionnelles et samples issus d’enregistrements de terrain, Ko Shin Moon brouille les frontières.

Tintement de Ghantas, rythmes de Derbukas, mélopées délicatement égrenées au Tambur Turc, au rubab afghan ou au Phin Thai la musique de Ko Shin Moon accueille un patrimoine musical et instrumental venu des quatre régions du globe. Chaudement installée dans une écoute instrumentale saupoudrée de quelques samples vocaux d’Inde, du Moyen-Orient ou d’Asie du Sud-Est, d’un instant à l’autre la lune de Ko Shin devient furieuse. Le temps d’un break, renversant l’écoute analogique dans la synthèse digitale, Ko Shin Moon transforme l’auditeur en danseur sur un acid algérien, un belly dance électrique, du psyché grec, de la disco turc, de la trap libanaise, de la dance thaïe et du shoegaze laotien.
Bande d’originale fantasmée d’un film de Bollywood, sélection éclectique des clubs malfamés d’Oran, de Kolkata, de Krungthep ou de Bagdad, ou simple rêve de deux illuminés croulant sous les synthétiseurs analogiques et les luths orientaux d’un studio, Ko Shin Moon se fait palimpseste effaçant les influences et les modes opératoires à mesure qu’il les réécrit.

http://www.koshinmoon.com

 

Ariane Gypsy Bastards / Vendredi 26 juillet

 

Balkan Turbo Folk

Ariane Gypsy Bastards vous entraîne dans son folklore européen. Musique de caractère, servie par des musiciens  énergiques. Ces trois musiciens issus du groupe « Le fil d’Ariane » qui tapent comme des fous sur des percussions de tous types en revisitant le répertoire de la musique balkanique à la sauce « disco dance ». Entre éclats instrumentaux virtuoses et simplicité, laissez-vous surprendre par leur identité, laissez vous tenter par la danse.

 

https://www.arianegypsy.com/

 

Magoya / vendredi 26 juillet

TANGO 

“MAGOYA “ avec Gaspar Pocai au Bandoneon et voix, Julien Blondel au piano , Nicolas Spreafico au guitarrón et Lautaro Bajcic au violon.

Formule Milonguera  avec un répertoire traditionnel et amusant, les grands classiques interprétés avec une énergie d’actualité qui met le feu sur la piste.

 

https://www.roulottetango.com/les-projets/duo-de-mon-chapeau/magoya/

 

Palabre / Vendredi 26 juillet

cirque de proximité dans un espace clos à ciel ouvert

Palabre est une invitation à se balader ensemble dans la réalité absurde de l’humain. Un voyage surréaliste dans les profondeurs de nos peurs loufoques, de nos rêves improbables et de nos envies décalées. Installez-vous, prenez le risque de regarder l’Homme en brut, seul et sensible au milieu de la foule. Un regard onirique, une oreille intime nous amène à sentir le vent souffler dans une autre direction. Lâchez…

Trio Abozekry / Samedi 27 juillet

Mohamed Abozekry – Oud • Abdallah Abozekry – Saz • Nicolas Thé- Batterie

Mohamed Abozekry est né au Caire en 1991. A l’âge de 11 ans, il suit quatre ans durant, l’enseignement du maître du Oud iraquien Naseer Shamma, ainsi que celui des égyptiens Hazem Shaheen et Nehad El Sayed. Début 2007, il obtient à 15 ans, avec prix d’excellence, le diplôme de soliste et de professeur de la très réputée Maison du Luth Arabe (Beit El Oud) du Caire. Il devient le plus jeune professeur de Oud du monde arabe.

Compositeur et interprète, Mohamed a maîtrisé, au sein de ses études à la Maison du Luth Arabe, le répertoire musical égyptien, le répertoire de musique arabe classique et contemporaine, ainsi que les différents styles traditionnels de l’école turque et irakienne.

Installé entre Lyon Paris et le Caire depuis 2009 , Mohamed s’est fait remarqué dans de nombreux projets,(en solo,  avec HEEJAZ extended, Karkadé, en collaboration avec Philippe Cohen Solal , Féloche …).
les réactions du public comme des professionnels sont unanimes. Habité, virtuose, imaginatif et à l’écoute de ses partenaires.

La tète bien faite et remplie de projets pour les prochaines années , Mohamed Abozekry propose en 2018 , une nouvelle formule trio , accompagné de son frère Abdallah Abozekry au saz et de Nicolas Thé à la batterie.  Un trio tourné vers la musique du proche Orient que les  frères Abozekry manient depuis leur enfance mais avec une approche jazz et groove qu’un batteur comme Nicolas Thé soulignera .